pour être informé à chaque nouveau message, merci de fournir votre adresse électronique et valider

vendredi 25 novembre 2016

Lucienne JEAN : Voici Convergences N°39

Il est en cours de distribution depuis samedi dernier !
Comme nous ne faisons pas la distribution sur l'ensemble de Lamorlaye, vous ne l'avez peut-être pas reçu !
Pour le télécharger, merci de cliquer ICI !
Ce Convergences est principalement centré sur Lamorlaye ce qui ne veut pas dire que nous ne sommes pas intéressés par tout le reste : des primaires de la droite et du centre à la guerre en Syrie, de Trump à Poutine...
Mais un 4 pages bien rempli ne suffit déjà pas à épuiser la vie municipale de notre ville !

Mais vous pouvez vous exprimer sur ce blog à propos de ce Convergences ou pourquoi pas à propos d'autre chose ! 

Bonne lecture !  

samedi 19 novembre 2016

Lucienne Jean : le Conseil départemental de l'Oise élu en 2014 respecte-t-il la procédure d'accueil des mineurs isolés ?

Notre pays s'honore de protéger les mineurs en général et les mineurs étrangers isolés en particulier.
On s'attendrait donc qu'à chaque niveau de notre fameux "mille-feuille" chacun se mobilise , selon les compétences qui lui sont allouées, au mieux dans ce sens...
Le dernier message envoyé par
Solidarité migrants Oise et Solidarité sans papiers Creil
nous montre que le conseil départemental en charge de l'action sociale, n'est pas vraiment au top sur ce point :
Voici le message de ces deux associations :
Le Conseil départemental de l’Oise, à nouveau désavoué par le juge pour enfants.
Lors de la séance publique du 26 septembre 2009, le Président du Conseil départemental
Édouard Courtial a réaffirmé que le département refuse de prendre en charge "tout nouveau
mineur étranger sauf ceux que le juge nous impose".
Pour mettre en oeuvre cette politique, l'Aide sociale à l'enfance (ASE), service du département
chargé du dispositif d'accueil des mineurs étrangers, conduit des entretiens avec ces mineurs
de façon apparemment "automatisée" pour conduire à un refus, entretiens menés par "des
professionnels de la protection de l'enfance" !
Nous avons des exemples de compte-rendu de ces entretiens :
"Au regard des éléments recueillis, il apparaît que :"
Suit une liste d'"éléments" quasi identiques d'un jeune à l'autre, auxquels font écho des
"éléments" similaires que, par exemple, nous ont communiqués nos camarades du Réseau
éducation sans frontières à Châlons-sur-Saône.
Par exemple : "Votre tenue soignée [...] ne peut témoigner d'une situation d'errance et
d'isolement".
Et de conclure qu'au vu de ces "éléments", l'Aide sociale à l'enfance refuse la prise en charge
du jeune…
La procédure d’accueil des mineurs étrangers isolés prévoit une période d’évaluation de 5
jours par une équipe pluridisciplinaire. Dans l’Oise l’évaluation peut se terminer dès la
première journée après un seul entretien sans qu’aucune équipe d’évaluation n’ait été
constituée. Les textes imposent un regard pluridisciplinaire. Or, à Beauvais, il semble que
l’évaluation ne respecte pas cette approche.

Si le jeune est refusé, il se retrouve à la rue sans que la justice n’ait été informée. Et si la loi
permet aux jeunes de saisir un juge des enfants, ils n’ont pas les moyens de le faire. Et
beaucoup se retrouvent livrés à eux-mêmes.
Solidarité migrants Oise et Solidarité sans papiers Creil, associations membres du RESF
(Réseau éducation sans frontières), ont aidé des jeunes à faire appel au juge des enfants.
Dans au moins deux cas le juge pour enfants a imposé leur prise en charge à l'Aide sociale à
l'enfance. Il y a quelques jours le Conseil départemental de l'Oise a été ainsi à nouveau
désavoué
.
Nous exigeons que l'évaluation de la minorité et de l'isolement des mineurs non accompagnés
soit réalisée par des professionnels de l'enfance formés et bienveillants et non par des
professionnels qui considèrent tout jeune a priori comme un fraudeur à qui on applique des
critères d'évaluation fantaisistes par rapport à sa situation. En particulier :
- D’après les textes « isolement » veut dire « pas d'autorité parentale
accessible » ; l'évaluation n'est pas conforme à la loi quand, pour déclarer que le
jeune n'est pas isolé, elle utilise le fait que le jeune a, sur un téléphone en sa
possession, des contacts en France.
- Les papiers du jeune doivent dans tous les cas lui être rendus, ce qu'avait "oublié"
l'ASE pour le jeune creillois et qu'a dû lui rappeler le juge.
Notre pays a ratifié la Convention internationale des droits de l'enfant du 20 novembre
1989.
L’article 3-1 de cette convention précise : « Dans toutes les décisions qui concernent les
enfants, qu’elles soient le fait des institutions publiques ou privées de protection sociale, des
tribunaux, des autorités administratives ou des organes législatifs, l’intérêt supérieur de
l’enfant doit être une considération primordiale. »
La protection de l'enfance est de la compétence des conseils départementaux. Nous
exigeons que le Conseil départemental de l'Oise respecte les textes et règlements
en vigueur et assume avec humanité sa mission et son rôle de protection de
l’enfance.
Le 18 novembre 2016
Solidarité migrants Oise,
Solidarité sans papiers Creil




jeudi 17 novembre 2016

Lucienne Jean : En finir avec les idées fausses propagées par l'extrême droite !

Convergences N°39 est en cours de rédaction et sera sans doute dans vos boites aux lettres dès ce week-end : trop tard pour vous inviter à participer à la réunion organisée le samedi 19 novembre par de nombreuses associations et partis :
 
Sur un sujet aussi grave pour notre pays, il est dommage que l'éventail des partis impliqués ne soit pas plus large ; les syndicats et les associations sont semble-t-il plus préparés à travailler ensemble !
Convergences N°39 sera un numéro -comme souvent- très centré sur Lamorlaye.
Cela ne veut pas dire que nous nous désintéressons des débats politiques nationaux ; et que le combat contre les idées véhiculées par l'extrême droite ne nous concerne pas !
Mais il y a heureusement des organisations mieux armées que le CACGL pour proposer des analyses et des actions. Comme chaque citoyen, nous y sommes attentifs ; et nous y participons chacun avec notre sensibilité politique.
L'objectif de cette réunion (samedi 19 novembre à 14h à Creil) doit mobiliser toutes les énergies : à gauche et au-delà !