pour être informé à chaque nouveau message, merci de fournir votre adresse électronique et valider

mardi 26 mai 2009

Lucienne Jean : d'abord, vive la 11ème !

Aujourd’hui, fête des quartiers ! A notre demande (ou au moins après que nous l’ayons demandé) la municipalité a traité un peu le sujet : une affiche, une invitation à organiser et surtout une aide en matériel (tentes et chaises). J’aurais bien aimé organiser une fête autour de la 6ème avenue ; mais pour plusieurs raisons le jour de la fête des voisins, reconvertie localement en fête des quartiers, est arrivé et je n’avais rien organisé ! Pourtant je crois que c’est quelque chose qui peut, au fil du temps, de proche en proche, créer de la convivialité ; et nous avions proposé au dernier Conseil municipal, d’utiliser cette occasion pour donner plus de vie et de chaleur à nos premiers comités de quartiers… J’ai combattu le regret de n’avoir rien organisé en m’intégrant (invitée par une amie qui y habite) à la très sympathique fête de quartier de la 11ème avenue ! Ce sont des vétérans de la fête puisqu’ils l’ont déjà organisée l’an dernier. Et très accueillants envers l’« étrangère », venant de trois ronds-points plus à l’est… Merci à eux et bravo pour l’organisation !

Ce matin, j'avais découvert que la municipalité ne m'a pas inscrite à une formation que j'avais demandée (c'est un droit des élus) et qui pourtant doit être bien utile ; jugez plutôt : deux jours sur "les moyens et le positionnement des élus minoritaires" ! Comme, par exemple, la tribune politique, l'accès à l'information, un local, ... Et certainement beaucoup d'autres aspects qu'il serait intéressant de connaitre pour ... les réclamer ! La notion de positionnement est plus politique et plus subjective. Faut-il essayer de s'impliquer dans les projets de la majorité, pour éventuellement, arriver à les infléchir ? Faut-il "attaquer" en permanence et n'être jamais content de rien ? Faut-il se réfugier dans le silence en attendant son tour ? Pour nous, nous avons choisi la première position ; mais il serait intéressant d'analyser les plus et les moins de chaque attitude. Même si on pense (et c'est mon cas) que, dans ce domaine, il faut d'abord être sincère et agir selon ses convictions pour la ville.

Dans l’après-midi j’ai été contactée par un journaliste de LCI ! Il voulait savoir si j’étais à l’initiative de la mise en vente de Lamorlaye sur e-bay ! C’est pour des sujets vraiment importants que les medias s’intéressent aux gens de gauche de Lamorlaye (via leurs élus) ! Personne ne me demande ce que je pense –en tant qu’élue de gauche- des problèmes de logement social, de transport, d’aide aux gens en difficulté, de l’école, … Ou encore, pourquoi pas, des prochaines élections européennes, du projet de loi Bachelot ou de la loi Hadopi…
J’ai quand même répondu au journaliste ; d’abord je l’avoue parce que ce n’est pas courant que la gauche de Lamorlaye dispose de quelque secondes d’antenne ! D’ailleurs le journaliste a bien insisté : le « sujet » ne passerait peut-être pas ; cela dépend du montage final… Je n’ai pas regardé (j’étais bien mieux avec « ceux de la 11ème ») mais je crois que ce bout d’interview téléphonique n’est pas passé : en tout cas, il n’est pas sur le site de LCI…
Deuxième raison : je ne veux absolument laisser croire que la gauche de Lamorlaye est à l’initiative de cette mis en vente de notre ville ! C’est peut-être une question de génération mais je ne trouve pas que ce soit correct ! Lamorlaye n’appartient à personne ou plutôt elle est notre bien commun et indivis ! Je trouve que ce n’est pas très respectueux de s’amuser à la mettre aux enchères ! Par contre pour le « buzz » c’est réussi ! Et pour l’image de e-bay qui laisse passer des offres aussi… virtuelles, ce n’est pas terrible !
Troisième raison : je n’approuve pas l’attitude qui consiste à se draper dans un silence dont la profondeur serait la mesure de l’importance de celui qui se tait ; la politique de la chaise vide, de la tribune vierge et du silence radio (ou TV) n’est pas notre choix ! Un élu n’est pas une diva qui doit se faire désirer ; c’est quelqu’un qui doit agir (quand on a la majorité c’est plus facile) et au moins prendre position ; c’est bien le moins qu’il doive à ses électeurs ; c’est en tout cas là-dessus qu’il pourra être jugé.

mardi 19 mai 2009

Lucienne Jean : pourquoi je signe aujourd'hui la pétition "vivre à Lamorlaye"

Un site nouveau vient apporter une belle énergie à Lamorlaye : http://www.vivrealamorlaye.fr/ qui a décidé de mobiliser nos concitoyens contre le projet d'usine de méthanisation. D'abord j'ai envie de saluer ce travail citoyen ! Même si l'idée de mettre Lamorlaye aux enchères sur E-Bay est, comment dire, un peu osée ! Même si le rapport Prévot-Orselli est un peu long : plus de 100 pages que j'ai seulement survolé je l'avoue...
Il y a aussi une pétition en ligne : je ne l'ai pas encore signée mais je vais le faire une fois ce message mis sur ce blog.
Pourquoi ce qui peut passer pour de l'hésitation de ma part ?
Pour répondre à la question il faut je crois reprendre les évènements par le début.

1) Tout au début : le problème de l'élimination du fumier qui ne trouve plus débouchés suffisants avec les champignonnières devait être résolu par un stockage à ciel ouvert au Mont de d'où il aurait été transporté vers un centre de compostage; Mr Braudeau s'est souvent insurgé contre ce projet et ...
2) Un beau jour, peut-être grâce aux critiques de Mr Braudeau, est apparu un projet d'usine de méthanisation ! De l'archaïque et puant champ de fumier, on passait à de la haute technologie, très écologiquement correcte, très économiquement profitable ! Toutes les présentations qui ont été faites ne faisaient état que des qualités de cette solution et de son caractère innovant.
Et c'est sans doute la vérité : transformer le fumier en chaleur et en énergie ; empêcher le méthane de se diluer dans l'atmosphère ; répondre enfin à un problème de nos entraîneurs ... Tout cela avec un projet qui mobilise la fine fleur de nos chercheurs avec l'Institut polytechnique La Salle à Beauvais, l'UTC à Compiègne, Inéris à Verneuil en Hallate.
3) Ce projet était séduisant et je l'ai soutenu ; Michel Lesage, membre de la commission hippique de la CCAC sous la mandature précédente le défendait aussi comme toute la majorité d'alors ; et comme, sauf erreur, toutes les minorités d'alors. Soulagés que nous étions d'avoir une solution "moderne" à un problème vieux comme le monde et comme nos écuries...
4) Egalement soulagés mais pas également informés ! J'ai consulté le 15 mai dernier les comptes-rendus de la commission hippique de la CCAC :

- celui du 18 septembre 2007 (président : Mr Salomone - je n'ai pas noté les autres participants) : le Mont de est présenté comme l'implantation idéale : "le barycentre des fumiers" ! Une jolie expression bien technocratique pour dire que les déplacements de camions seront optimisés avec cet emplacement. La Cuma a été créée le 29 mai 2007 bien après l'association dite de préfiguration Lamorlaye Bioressources, créée le 6 novembre 2006, en lien avec le Pôle d'excellence rural "Economie du Cheval", labellisé par décret du 10 août 2006.

-celui du 5 novembre 2007 (président : Mr Salomone ; avec entre autres participants Mr Lesage élu, Mr Crépon comme entraîneur je suppose, Mr Garnier comme fonctionnaire du Ministère de l'Agriculture et Mr Battistini qui travaille je crois pour la Cuma); on se préoccupe de la régulation des approvisionnements, des permis de construire, de la zone de stockage des conteneurs fermés ; plus la demande d'un giratoire au carrefour Mont de RN16 (depuis le temps qu'on en rêve !).

- celui du 25 février 2008 (président Mr Salomone et les mêmes) : ça a l'air d'avancer "normalement" même si une expression de Mr Salomone "dans le cas où" [on implanterait l'usine au Mont de ] peut laisser penser que tout n'est pas si simple ; elle apparaît dans le compte-rendu qui, comme les précédents et le suivant, ne fait état d'aucune discussion ; le schéma de base de ces réunions si on se fit au compte-rendu est le suivant : "merci d'être là - on va écouter Lamorlaye Bioressources - merci pour l'exposé qui sera joint au compte-rendu - merci à tous"... C'est sans doute l'idéal de compte-rendu synthétique dont on nous a souvent menacés pour le Conseil municipal ! Il y a certainement eu des discussions au cours de ces réunions ! Mais elles ne sont pas retranscrites !

- celui du 15 septembre 2008 (Président Mr Garnier et parmi les membres Mr Crépon : comme conseiller de Lamorlaye ou comme directeur de la Cuma ?) : Le représentant du sous-préfet se préoccupe fort sagement du type de communication vers la population : ce sera plus tard bien sûr... On présente planning et détails techniques. Mais, pour la première fois, il y a des photos ! Des photos d'une énorme tour, haute et large, un monstre ! Mais toujours aucun commentaire des participants : c'est donc qu'ils n'ont pas été surpris ; donc qu'ils en avaient déjà conscience ; et que donc, c'est en toute conscience qu'ils ont collectivement, ancien et nouveau maire, conseiller/directeur, ancien adjoint à l'urbanisme, ... oublié de nous en parler !

5) Et ça c'est vraiment pas beau : je ne parle pas de la tour mais de la façon dont nos élus/notables traitent l'information due aux conseillers municipaux et à la population !
Autre information découverte par surprise : la possibilité d'implantation rue de la Seigneurie !!! Je l'ai appris par hasard au cours d'une conversation entre un responsable de la mairie et le bureau chargé de l'étude urbaine ! J'en ai fait état publiquement en Conseil municipal et j'ai dit combien ça nous semblait impensable de seulement imaginer une telle implantation ! Le plus effrayant est que des responsables, des élus qui nous réclament presqu'à chaque Conseil une délégation de plus (pour être plus réactif ?), aient pu seulement PENSER un projet aussi fou !
En même temps les entraîneurs se mobilisaient contre l'autre idée d'implantation : au fond de la zone hippique ! J'ai été très choquée que les entraîneurs refusent chez eux un outil fait pour répondre à leurs besoins !
Mais c'était avant d'avoir vu ce qu'est une usine de méthanisation ; car je l'avoue j'avais trop naïvement fait confiance à la CCAC et à la mairie : si on se proposait de résoudre le problème du fumier des écuries d'entraînement en construisant une usine elle devait être "paysage compatible" ! Quelle erreur !

6) En conclusion : je pense que les élus de Lamorlaye Autrement sont un peu à l'origine du travail salutaire de "vivre à Lamorlaye" et que notre position favorable à l'usine de méthanisation (au Mont de ) s'appuyait sur des informations très soigneusement sélectionnées par nos interlocuteurs !

Il faut avant tout renoncer à une implantation près des habitations route de la Seigneurie ou ailleurs !
Il faut nous informer complètement sur les risques industriels : il ya eu des explosions dans une usine de méthanisation en Allemagne !
Il faut nous informer sur les différentes autres possibilités : par exemple garder l'idée des conteneurs fermés et les envoyer vers une usine déjà existante par le train ; on évite la dilution du méthane : c'est mieux pour lutter contre le réchauffement de la planète ! on améliore la gestion locale du fumier ; et on respecte notre environnement/cadre de vie et à mon sens également la charte du PNR...
L'usine de méthanisation a peut-être sa place au Mont de Pô mais il faut d'abord en passer par un partage réel et sincère des informations avec la population et une véritable concertation : le fumier est certes l'affaire des entraîneurs ; mais son traitement devient l'affaire de chacun de nous !

Et pour toutes ces raisons je vais maintenant signer la pétition de "vivre à Lamorlaye" !
Signez-la aussi !

vendredi 8 mai 2009

Lucienne Jean : retour sur le dernier Conseil municipal

Le dernier conseil ( le 30 avril) a été l'exemple à ne pas suivre !
Ca a commencé très fort avec l'approbation du compte-rendu du Conseil précédent : le maire nous interdit de faire des remarques sur ce compte-rendu !!! Et veut donc faire approuver "son" compte-rendu par sa "majorité" en "aveugle" ! Les conseillers même très disciplinés ont trouvé la méthode un peu suspecte et... le compte-rendu n'a pas été approuvé ! C'était pourtant un vote à main levée mais là tout le monde a bien senti que les règles démocratiques étaient mises à mal !
Car enfin, comment expliquer cette position abrupte et soudaine du maire ? Il dit que les remarques faites sur les comptes-rendus de Conseil municipal ne sont qu'un prétexte pour l'opposition "qui veut faire son cinéma" ! Et préfère donc provoquer un tollé général plutôt que de nous donner la parole tout au plus 5 petites minutes... Et pourquoi justement à ce Conseil ? Après le Conseil de mars qui fut plus que difficile...
Une réaction épidermique après le très acerbe tract de la liste de Madame Curan-Bidaut ? Possible mais bien maladroit ! Le maire pouvait faire une déclaration claire sur ce sujet s'il avait eu des réponses à apporter...
Plus sûrement, le maire n'avait pas envie qu'on fasse remarquer qu'il manquait dans ce fameux compte-rendu (il concerne le conseil municipal du 27 mars où tous les votes ont eu lieu à bulletins secrets et où le budget a été approuvé de justesse par 15 voix pour et 12 contre... ) une absence curieuse : le maire avait demandé à l'issue de votes à bulletins secrets que ceux des conseillers qui avaient voté "pour" signent le registre des délibérations ! C'était pour les comptes administratifs et de gestion 2008 et pour le budget 2009. Bizarre n'est-ce pas ? Ubuesque même ! On l'avait fait remarqué ; le maire avait maintenu sa demande... Et tout cela n'est pas dans le compte-rendu !
Comme n'est pas dans le compte-rendu le fait assez pitoyable qu'un(e) conseiller(ère) qui avait voté contre le budget n'ait pas eu -dans ces conditions- le "courage" de montrer son vote : il y a eu en effet une signature "de trop" sur le registre ! 15 "pour" sur le budget (vote à bulletins secrets) et 16 signatures sur le registre des délibérations ...
En fait TOUS les conseillers -quelque soit leur vote- auraient du signer... Je ne sais pas à quoi c'est sensé servir mais au moins ainsi on ne remettait pas en cause le principe même du vote à bulletins secrets !

Difficile de croire que c'est un hasard si le maire refuse nos remarques justement dans ce contexte !
Et bien mauvaise façon de commencer un Conseil municipal...

Mais ça a continué à peu près dans la même ambiance !
Car il y avait au programme l'autorisation donnée au maire de faire seul toutes les étapes (choisir une entreprise, signer un contrat avec elle, la payer) pour toute dépense inscrite au budget ; pourquoi cette décision surtout après un vote aussi serré du budget ? Pour éviter les critiques sur la façon justement de conduire les choix d'entreprise ? Justement Mr Merlin avait critiqué fortement 2 choix récents ou plutôt il avait critiqué la façon dont les choses avaient été menées... Et l'examen qui avait suivi en commission travaux avait montré que la suite chronologique des étapes aboutissant au choix avait été peu claire.
Au lieu d'en tirer des conséquences pour améliorer nos processus de décision collective on nous propose de donner un blanc-seing au maire ! Et on prétend que c'est la loi de février 2009 sur la relance qui le veut, permettant ainsi plus d'efficacité ! On veut nous faire croire que la relance dépendrait maintenant de notre bonne volonté à s'en remettre totalement aux décisions du maire sans aucun contrôle par le Conseil !
Bien plus on prétend que l'article du code des collectivités territoriales qu'on veut utiliser vient d'être modifié dans ce sens ! Ce qui est tout à fait faux ! Nous avons posé la question en Conseil au nouveau Directeur général des services (en fait nous avons demandé au maire s'il voulait bien l'interroger pour nous); et le Directeur a répondu que cet article n'avait pas été modifié ; il a même dit que c'était un article peu utilisé et que la loi de février 2009 encourage simplement à l'utiliser... Si cet article n'est pas exploité par la plupart des Conseils municipaux c'est bien parce qu'il est contraire à un fonctionnement transparent et collégial dans le domaine, oh combien brûlant, du choix des entreprises !
Toute cette discussion n'a pas empêché le Conseil de voter les "pleins pouvoirs" au maire ! Pourtant nous avions demandé le vote à bulletins secrets...

Et pour finir, le maire répond en même temps aux questions diverses de Mme Curan- Bidaut et aux nôtres ! C'est un procédé qui manque de clarté ! Il a profité d'une question commune pour critiquer massivement Mr Lesage : on avait l'impression que c'était à partir de notre question... On a donc fait remarquer qu'on ne voyait pas le rapport entre notre question et cette diatribe !

Tout cela ne fait pas de bons Conseils ! Et cela rend le "travail" du conseiller, disons le, assez désagréable ! Et je crois que c'est vrai quelque soit la liste à laquelle on appartienne !

Quelles conséquences peut avoir le fait que le compte-rendu d'un conseil municipal ne soit pas approuvé ? Les délibérations adoptées (ici ce n'est pas rien puisqu'il s'agit des comptes administratifs et de gestion 2008 de la commune et de son budget 2009) sont-elles valables ? Nous avons posé la question à la Préfecture : notre interlocuteur a trouvé la situation inédite et doit nous rappeler ! En principe ce ne serait considéré que comme un problème de forme ; mais il préfère vérifier...