pour être informé à chaque nouveau message, merci de fournir votre adresse électronique et valider

mercredi 27 février 2013

Lucienne JEAN : quelle tristesse !

Je viens d'apprendre que Stéphane Hessel est mort !
Un bip sur mon (nouvel) i-phone...
Nous avions publié dans un Convergences (en 2004 ?) l'appel qu'il avait signé avec d'autres Résistants pour dire l'actualité du programme du Conseil National de la Résistance...
Grâce à l'ALMA (et peut-être à ce Convergences) je l'avais rencontré chez lui ; et il était venu à une conférence organisé par l'ALMA en décembre 2004. Il avait expliqué son "travail" au BCRA. C'était   un orateur passionnant ; malgré son âge, il était resté debout, parlant sans notes ; répondant à toutes les questions...
Nous l'avions revu à la Cartoucherie : un spectacle sur la Palestine ; nous étions un petit  groupe du CACGL à y être allé. Nous sommes allés le saluer. Et nous avons bavardé un petit moment ensemble. Il était avec Jeanne Moreau... Et se souvenait bien de nous, Convergences et ALMA confondues une fois.
Le Cercle de Silence de demain (jeudi 28, à 18h en face de la gare de Creil) va prendre une autre signification c'est sûr ! La défense des sans-papiers était un des grands combats de Stéphane Hessel.
Tous ceux qui viennent -régulièrement ou pas- au rendez-vous de Creil sont tristes aujourd'hui.
En hommage à Stéphane Hessel ce que nous pouvons faire c'est de venir nombreux au rendez-vous demain !
 Les hommages officiels ne vont pas manquer et les rediffusions...  : les hommages sont justifiés comme jamais ! Et les émissions à ne pas manquer !
Avec Stéphane Hessel, disparait un des derniers grands témoins d'une époque terrible.
C'est plus facile sans doute à analyser maintenant qu'au quotidien,  mais qu'aurions nous fait ?
Que faisons nous d'ailleurs, dans la vie d'aujourd'hui ?
Les Résistants disent tous que ce qu'ils ont fait était naturel...
Le souvenir de Stéphane Hessel nous donnera t-il sa force, sa détermination ?
Education sans Frontières vend un CD où il lit des poèmes : ceux qu'il connai(ssai)t par coeur ! en français, en allemand, en anglais.
Voilà peut-être une piste : ne pas se cloisonner dans une langue, un pays, une activité
Et un hommage à lui rendre : écouter, lire, dire la poésie qu'il aimait...

vendredi 22 février 2013

Lucienne Jean : contre le permis de violer

Je vous transmets à mon tour ce message que je viens de recevoir, envoyé successivement par 2 ami-e-s
La Somalie n'est certainement pas le seul pays où les femmes se font violer de façon quasi institutionnelle. Nous savons que le ventre des femmes est devenu un nouveau champ de bataille dans beaucoup de guerres... Je me souviens d'une pièce de théâtre vue à Avignon : l'histoire se situait pendant la guerre de Bosnie... Mais elle parlait déjà de viols systématiques inscrits dans un "projet politique"...

J'espère que vous signerez la pétition ; surtout si elle peut aider le nouveau gouvernement somalien à agir.

Je voulais titrer ce message "avec courage et détermination" : c'est ainsi que Laila Ali termine le sien ; mais signer une pétition depuis son PC ou son I-phone ne demande que d'avoir quelques convictions et l'envie d'être en cohérence avec  soi-même !

Voici le message avec les liens pour signer et se documenter

De : Laila Ali - avec Avaaz.org <avaaz@avaaz.org>
Date : 22 février 2013 04:16
Objet : Le permis de violer

Chères amies, chers amis, 

Je m’appelle Laila et je suis journaliste. J’ai écrit un article sur une jeune femme victime d’un viol collectif perpétré par les forces de l’ordre en Somalie. J’espérais que le courage dont elle a fait preuve en racontant son histoire attirerait l’attention sur la véritable épidémie de viols qui mine le pays. J’avais tort. Les pouvoirs publics ont utilisé mon article pour jeter en prison une femme violée et un autre journaliste. Leur crime? «Insulte aux institutions de l’État».

Subir un viol est abominable, mais quand les seules autorités vers lesquelles vous pouvez vous tourner sont vos agresseurs, le sentiment d’impuissance peut être dévastateur. Mais ensemble, nous pouvons redonner espoir aux femmes violées. C’est pour cela que j’ai lancé cette pétition sur le site d’Avaaz. La Somalie est très dépendante de l’aide financière d’autres pays; la communauté internationale peut donc faire pression pour que la Somalie cesse d’enterrer ces affaires et mette en place de véritables réformes pour stopper l’épidémie de viols perpétrés par les forces de l’ordre.

Notre appel peut marcher, mais nous devons être nombreux. L’envoyée spéciale de l’ONU Zainab Bangura nous a promis d’aller remettre notre pétition aux pays donateurs et au Président somalien. Aidez-nous en signant la pétition et en envoyant cet e-mail à vos amis. Montrons aux Somaliennes qu’elles ne sont pas seules et que personne n’a le droit de les violer:

http://www.avaaz.org/fr/petition/Somalia_No_Authority_to_Rape/?bOVOXbb&v=22227

La jeune femme emprisonnée avait été accusée par des hauts fonctionnaires d’avoir inventé de toutes pièces l’histoire de son viol, avant même d’avoir pu bénéficier d’un procès. Au tribunal, le juge a refusé d’entendre les témoins ou d’accepter les rapports médicaux prouvant le crime. Cette jeune femme n’est pas seule: j’ai interviewé trop de femmes qui vivent avec la peur au ventre, la peur d’être violée ou blessée par balle par ceux qui devraient les protéger.

Mais il y a de l’espoir, plus que jamais. En à peine 18 mois, la Somalie a adopté une nouvelle constitution, élu un nouveau président et gagné la guerre contre les extrémistes. Le président Hassan Cheikh Mohamoud peut agir pour protéger les Somaliennes des forces de l’ordre si, ensemble, nous lui donnons une raison de réprimer ces exactions d’État.

Cette victime de viol et Abdiaziz Abdinur, le journaliste qui lui a parlé, peuvent être condamnés à un an de prison. Les États donateurs détiennent la clé du changement. Signez maintenant et envoyez cet e-mail à vos proches pour créer une mobilisation qui changera la Somalie pour toujours.

http://www.avaaz.org/fr/petition/Somalia_No_Authority_to_Rape/?bOVOXbb&v=22227

Les membres d’Avaaz se sont déjà battus avec courage pour mettre fin à la guerre contre les femmes qui touche le monde entier. Le mois dernier, plus d’un million d’entre nous a signé une pétition pour appeler à la justice et au changement après la mort tragique d’une étudiante violée à Delhi. Nous avons reçu des signes très encourageants de la part de ministres, qui écoutent nos voix. Aujourd’hui, nous pouvons utiliser notre pouvoir citoyen pour changer la donne en Somalie.

Avec espoir et détermination,
Laila Ali et toute l’équipe d’Avaaz
*Laila est une journaliste anglo-somalienne basée à Nairobi.


P.-S.: Cette pétition a été lancée sur le nouveau site de pétitions citoyennes d’Avaaz. Aujourd’hui, il est rapide et facile de lancer une pétition sur une question qui vous est chère. Cliquez ici !
 http://avaaz.org/fr/petition/start_a_petition/?22165 

POUR EN SAVOIR PLUS:

L’enfer d’une Somalienne emprisonnée après avoir été violée (Zainab Hawa Bangura pour Le Temps)

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/4a9ad724-7084-11e2-a8ae-1fdb6b5e92d2%7C0#.USYV8KVLOIg 

Somalie : une femme violée et emprisonnée (Afrik.com)
Union africaine : les attentes du nouveau président somalien (A écouter sur RFI)
http://www.rfi.fr/afrique/20130128-union-africaine-attentes-nouveau-president-somalien-hassan-sheikh-mohamud 

Le viol mis en lumière en Somalie (IRIN)

samedi 2 février 2013

Hervé Moula : émotion et... sérénité

J'ai reçu un e-mail trés excédé de Mr Madeleine contre la dernière manif de soutien au "Mariage pour tous" Mr Madeleine exprimait sa grande réprobation en termes plus que vifs pour une photo de journal jointe où l'on apercevait un jeune enfant au milieu des malifestants. Cet enfant d'une dizaine d'année brandissait un pancarte où il était question "de bite et de cul".
Notre ancien conseiller manifestait à cette occasion sa profonde colère et infini mépris vis à vis de ces manifestants et en rendait responsable avant tout les socialistes et leurs dirigeants.
Souhaitant rendre un peu de sérénité à notre concitoyen, je lui répondais en ces termes:

"Cher Monsieur Madeleine
Je regarde la photo que vous m'avez adressée ce jour et vous remercie de me faire partager votre émotion.
Cela suscite de ma part plusieurs niveaux de réflexions, je vous les livre :
Il est toujours regrettable et préjudiciable d'associer les enfants aux actions et engagements des adultes . Malheureusement peu d'adultes en sont conscients ou alors ils sont machiavéliques. Et cela va des petits que l'on implique dans un divorce parental jusqu'aux enfants-soldats de tous bords. L'enfance est sacrée et un temps important de la construction de chacun. L'enfance est un sanctuaire à respecter . Les débordements et les extrémismes ne peuvent être admis, même en réponse à d'autres dépassements outranciers.Ne jugeons pas hativement ! Ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain . Transgression n'est pas Loi . Il est des instances de justice dans notre pays de Droit qui seront, n'en doutons pas, saisies de cette situation et appliqueront justice. Gardons-nous d'extrème avec les extrémistes ! Feu-Pierre Beregovoy disait " il faut raison garder !" Et un autre d'ajouter " Les idées sont comme les clous : plus on tape dessus et plus elles s'enfoncent"
Seuls les femmes et les hommes de bonne volonté montreront la bonne voie par l'exemple.
Conservons foi en l'Humanité qui a, de toutes les époques, eu ses hauts et ses bas.
Trés cordialement
Hervé Moula "

Commentaire : il est en effet malheureux que cet enfant soit présenté ainsi. Mais quelle fut l'intention du journaliste qui a pris ce cliché, ou de la rédaction qui l'a publié : provocation ? recherche du scoop ? La justice devrait tirer cela au clair. Qu'en pensez-vous ?