pour être informé à chaque nouveau message, merci de fournir votre adresse électronique et valider

dimanche 1 juillet 2018

Les électeurs ont tranché


Même si on ne peut que regretter la forte abstention, on peut aussi comprendre la lassitude de certains électeurs.
Ceux qui se sont déplacés pour voter (39,01% de,votants par rapport aux inscrits) ont permis un résultat du second tour sans ambiguïté :
- 55,02% pour la liste de Nicolas Moula
- et 44,98% pour la liste de M. Drumont associé au premier tour à Madame Mahaut et au second tour à En Marche avec, au passage, éjection de Mme Mahaut...

Force est de constater que les amitiés sont aussi subites que courtes de ce côté-ci de l'échiquier politique. Une amitié chasse l'autre ; il avait fallu un an aux listes conduites en 2017 par Mme Mahaut et M. Drumont pour se rendre compte de leur évidente amitié ; il a suffit de 2 jours à l'issue du premier tour pour détruire cette amitié (et cette alliance) et en créer une autre avec En Marche... Difficile de dire combien cette nouvelle amitié durera.
Une rapide analyse des épisodes précédents peut laisser penser qu'un mauvais résultat aux élections aurait une influence négative sur les amitiés naissantes...

Nous avons reçu à la toute fin de la campagne du second tour (trop tard pour envisager de réagir sur ce blog) un tract signé par M. Drumont et M. Bourgeois qui présentait comme un "danger" pour Lamorlaye "l'obligation d'atteindre 20% de logements sociaux" dans le cadre d'un élargissement de la communauté de communes.

Sous la signature enthousiaste d'En Marche, nous aurions préféré lire :
- que les logements sociaux (7% aujourd'hui à Lamorlaye) sont nécessaires et souhaitables ;
- que rien n'autorise à en faire un épouvantail ;
- que le développement économique de Lamorlaye ne se fera pas si on n'est pas capable de loger ceux qui travaillent déjà ou travailleront à Lamorlaye ou dans les environs ;
- que la baisse du nombre d'habitants de notre ville (400 habitants de moins en 10 ans) ne sera stoppée que si on construit des logements accessibles au plus grand nombre, et aux jeunes en particulier ;
- et qu'enfin la politique de regroupement des communautés de communes est la politique du gouvernement actuel En Marche, après avoir été la politique du gouvernement des LR avec M. Sarkozi et du PS avec M. Hollande...

EMPLOI, LOGEMENT et TRANSPORTS sont les 3 points d'appui d'un développement durable et juste  de notre ville. C'est ce que nous avons toujours défendu ; et nous y croyons encore !

mercredi 27 juin 2018

La gauche ne soutient pas la nouvelle alliance UDI EN MARCHE

C'est la nouvelle du jour et nous le disons clairement cette alliance entre la liste conduite par Eric Drumont (UDI) et par Nicolas Bourgeois (EM) n'a pas le soutien du CACGL ni des candidats de gauche qui étaient sur la liste En Marche au premier tour 2018.
Nous ne soutenons pas une liste fondée sur une alliance opportuniste qui n'apportera rien, ni à Lamorlaye (et c'est tout de même un point important), ni au mouvement En Marche à Lamorlaye.

Certes cette fusion semble donner mathématiquement une chance de gagner.
Mais nous le savons tous, l'arithmétique électorale obéit à des lois plus subtiles que l'arithmétique que nous avons apprise à l'école ; et dans une alliance politique il faut d'abord être capable d'additionner des idées et des valeurs pour espérer additionner les voix des électeurs.
Aussi, quand bien même le résultat du second tour donnerait raison à ce jeu politicien, la question essentielle resterait. Pour quelle politique partagée ? Pour quelle vision commune pour Lamorlaye ? Pour représenter quels électeurs ? Et avec quelle équipe ?

Si la liste En Marche s'était maintenue comme au premier tour elle aurait eu 1 peut-être 2 élus clairement minoritaires au sein du Conseil ; avec la possibilité de s'exprimer dans la tribune politique de chaque bulletin municipal ; avec la possibilité de critiquer si nécessaire la politique menée par la majorité élue ; avec la possibilité de faire des contre-propositions aux projets de la majorité...

Si cette liste "L'UDI En Marche" gagnait au second tour, elle aurait entre 16 et 18 élus UDI ou d'autres obédiences moins clairement affirmées... et  au mieux 6 élus En Marche (nous n'avons pas aujourd'hui la répartition précise des candidats sur la nouvelle liste) : quelle sera leur liberté d'expression au sein de cette équipe ?  Comment vont-ils gérer l'élection suivante en 2020 ?

Vont-ils s'opposer à la majorité de l'équipe dont ils feraient partie, à un moment ou un autre, pour des raisons de fond ou simplement pour se démarquer et exister  ?
Ce serait la reprise avec d'autres personnages d'un scénario qui a déjà été joué plusieurs fois à Lamorlaye avec des conséquences désastreuses pour notre ville.
Vont-ils rester dans cette "alliance"  et faire perdre rapidement à "Lamorlaye En Marche" toute visibilité ?  
Ces perspectives ne sont pas vraiment réjouissantes !

Le soutien du CACGL de 2017 allait à une liste clairement En Marche : nous avons été 5 sur la liste Lamorlaye En Marche en 2017, anciens candidats de la liste Lamorlaye Autrement, avec dans l'ordre de présentation, Virginie Kaim (9è), Lucienne Jean (13è), Hervé Moula (14è), Véronique Girona (17è) et Marianne Legrand (23è).
En 2018, ne sont restées sur la liste En Marche que  2 anciennes candidates de la liste Lamorlaye Autrement : Virginie  Kaim (14è) et Marianne Legrand (26è).

Ces candidates et le CACGL, et sans doute tous ceux qui l'ont soutenu par le passé, se sentent piégés dans le jeu politicien dans lequel la liste En Marche s'est engagée.
Nous ne pensions pas qu'en nous effaçant devant En Marche en 2017 et 2018 nous faisions le jeu d'une coalition tout aussi improbable dans la liste présentée par Monsieur Drumont et Madame Mahaut au premier tour 2018 que dans celle présentée par Messieurs Drumont et Bourgeois au second tour 2018.
Et, très certainement, beaucoup des électeurs du premier tour qui ont voté pour la liste Lamorlaye En Marche n'imaginaient pas que le "Changeons d'ère avec Nicolas Bourgeois" serait aussi radical !

mercredi 28 mars 2018

Le CACGL s'associe à l'hommage rendu aujourd'hui

Nous nous associons à l'hommage rendu au lieutenant-colonel Beltrame et aux victimes civiles de l'attentat de vendredi dernier dans l'Aude.
Il vient malheureusement nous rappeler que ce risque d'attentat est présent n'importe où, n'importe quand et menace n'importe qui.
Nous saluons le courage et le professionalisme du lieutenant-colonel Beltrame qui, au péril de sa propre vie, a choisi de protéger la vie de victimes choisies au hasard par un terroriste.
Merci à lui et à tous ceux qui mette leur vie en jeu pour sauver les nôtres et sauver aussi une certaine idée de la France qui maintient contre le terrorisme un idéal de liberté et de solidarité.


lundi 12 mars 2018

Adieu Ami...

Jacques Grimaux, l'Ami fidèle, celui qui bien avant que "Lamorlaye Autrement" n'existe, bien avant la création du CACGL, a toujours soutenu et bien souvent fait partie de la liste de gauche aux municipales de Lamorlaye n'est plus...

Il s'est éteint le 8 mars après une période rendue bien difficile par la maladie mais où il est resté lui-même mêlant humour et empathie, confiant et serein.

Pour le bout de chemin que nous avons fait ensemble, il a été candidat sur la première liste de ce qui allait devenir le CACGL en 1995 puis sur la liste Lamorlaye Autrement de 2001 et 2008. En 2014 il avait dit "place aux jeunes"... mais nous a soutenu, venant aux réunions, espérant une progression.

Sa fidélité est aussi celles des causes que nous avons défendues ensemble : lutter pour le maintien de la bibliothèque des Jésuites aux Fontaines (à Gouvieux, aujourd'hui centre de formation de Capgemini) fût la première , défendre (c'est hélas toujours d'actualité) la "plus vieille maison de Lamorlaye" rue du Vieux Château, soutenir les inondés de 2001 quand la municipalité n'avait pas encore pris la mesure du problème, soutenir contre vents et marées l'achat du château par la ville (qui aujourd'hui imaginerait Lamorlaye privée de son château quand tant d'activités ouvertes à tous s'y déroulent et qu'on vient de tous les alentours profiter du charme de son parc ?), défendre le droit à mener une vie différente même si elle dérange un peu "l'image bien proprette", voire "bobo" (chez nous les "bourgeois" sont-ils vraiment  bohèmes ?) que certains se construisent de Lamorlaye...

Mais Jacques Grimaux est avant tout un humaniste, un homme porté vers l'autre par sa foi. Pour lui "aimer son prochain" n'était pas qu'une belle parole, cela l'engageait totalement.

Jusqu'à orienter ses recherches sur l'histoire de Lamorlaye. Qui d'autre se serait attaché à suivre d'abord dans les écrits des historiens quand les documents lui manquaient puis de manuscrit en manuscrit, non les seigneurs du lieu mais ceux qu'ils "exploitaient", ceux qui payaient le cens sur la terre qu'ils travaillaient et un loyer sur ce qui est souvent noté comme "masure". Ces paysans d'hier étaient ses frères comme l'étaient tous ceux qui aujourd'hui peinent à vivre de leur travail ou pire à avoir un travail...

Avec Jacques Grimaux, Lamorlaye perd un homme bien, un honnête homme aurait-on dit au 17ème siècle ; et nous, nous perdons un ami très cher que nous respections infiniment.



samedi 20 janvier 2018

La gauche bouge encore...

Le CACGL organise le samedi 27 janvier, entre 11h et 13h, au foyer culturel de Lamorlaye, une réunion publique et amicale "Les voeux de la gauche" à laquelle nous espérons vous retrouver pour un moment de dialogue et d'amitié.
Nous avons longtemps hésité : 
- les années précédentes nous annoncions cette réunion (que nous avons instituée en 2012) dans un Convergences... Mais que mettre dans un Convergences en janvier 2018 ?
- nous avions l'idée de vous proposer un film sur un exemple de ville en transition  ("qu'est-ce qu'on attend ?" de Marie-Monique Robin) : mais le temps passe et nous ne serons pas prêt avant la fin janvier, date limite pour les voeux de bonne année !
Finalement nous avons choisi la simplicité : pas de Convergences et pas de film mais une annonce par le blog et par affichage ; un apéritif où nous pourrons échanger sur ce qui nous réunit ou nous sépare, ce qui nous paralyse ou nous motive... En toute amitié !

Pour des raisons d'organisation, merci de nous dire  (au 06 22 05 42 36, sur lamorlayeautrement@gmail.com ou par un commentaire sur ce blog) si vous avez l'intention de répondre à cette invitation.




vendredi 29 décembre 2017

Bonne année 2018 ? ...

Que cette année 2018 soit une année de paix dans le monde
 et, si cela peut se concevoir, à Lamorlaye !

La gauche nationale n'est pas très audible en ce moment et votre gauche morlacuméenne se cherche un peu...  Bien qu'absents du conseil municipal depuis juin, nous sommes toujours attentifs à la vie municipale de Lamorlaye.

vendredi 15 septembre 2017

Hervé Moula : en notre nom

Lionel Flamant n'est plus !
Difficile à comprendre, à admettre !
Lui qui a été si présent et qui a animé si longuement l'esprit de la Gauche socialiste de Lamorlaye. L'esprit et la réalité puisqu'il en a été le conseiller municipal (au moins) de 1996 à 2001 sous les mandatures de Jacques Rimbert puis de Pierre Lavergne

C'était un militant engagé, aimable, à l'écoute de chacun.

Nous nous étions rencontré la première fois chez moi avec Jean Mouty et Gisèle Cazaux dans les années 80 dans l'ambiance enthousiaste du Programme Commun de François Mitterrand. Nous avions compris dès ce moment la difficulté de faire passer un message de progrès dans notre petite ville, où l'esprit d'une Droite intransigeante prédominait. 

Le temps passa, Lionel poursuivit son action militante aux côtés de ceux qui voulaient bien l'accompagner comme Patrick Leclère. Il voulait réconcilier, amadouer, aider, construire. Il souffrit des errances présidentielles et des déchirures intestines à Gauche. Socialiste de toujours : il n'adhérait pas aux orientations nouvelles. Pour lui, cela manquait de perspectives à long terme. 

Son esprit de franchise, de loyauté lui valurent l'estime du maire Lavergne qui lui confia une mission sociale au sein de son Conseil Municipal. Il en fut fier, il pouvait faire valoir son esprit de conciliation. Hélas, ce rapprochement le déconsidéra aux yeux de ses partenaires de gauche qui le lui reprochèrent. Il s'effaça alors progressivement de la scène municipale. Une nouvelle époque survenait. Le maire Lavergne était écarté également par son propre groupe.

La Gauche se reconstruisait autour du Comité d'Action des Citoyens de Gauche de Lamorlaye (CACGL).

Lionel me téléphonait de temps à autre pour prendre des nouvelles de la ville. Il s'était retiré à la campagne.
Il avait pris sa retraite de la politique. Il s'était laissé pousser un collier de barbe grisonnante qui lui donnait l'air du philosophe qu'il était devenu.            

La dernière fois que je l'ai revu c'était pour les vœux du  maire Salomone. 
Il paraissait reposé, détendu, saluant ses anciens amis, ses anciens adversaires. 
Nous nous sommes côtoyés pendant plus de 20 ans. 
J'en garde le souvenir d'un homme de conviction incompris et d'un réel ami.

J'adresse et avec moi tous ceux qui l'ont connu et estimé toutes mes sincères condoléances à son épouse Monique et à ses enfants et petits-enfants.       

 Adieu Camarade !